Politiques publiques agricoles dévastatrices de 2006 à 2016

Texte de l’Agr. Michel William

Apres avoir mené dans les neuf  dernières années une politique agricole dévastatrice qui ne répondait pas ni  aux exigences de la production végétale ni à celles de la production animale, les conséquences sont plus que désastreuses avec la sécheresse  qui s'est abattue sur le pays au cours des années 2013-2014,2014-2015.

Alter Presse  nous avait informé  que  les riziculteurs de Maribarou assistaient impuissants  à la brulure par le soleil de leurs jardins  parce que les dominicains ont capté en amont  les eaux des rivières  transnationales qui servaient a irriguer les terres haïtiennes. Dans le sud  la gestion partisane   des fonds petro caribe et la baisse du cout du pétrole ont  rendu impossible l'achèvement du projet de réhabilitation du périmètre  d'Avzas qui traditionnellement permettait l'irrigation de  près de trois mille has. Dans le Nord-Ouest tous les petits systèmes  d'irrigation  restaurés il y a  dix ans  dans le cadre du PPI 1 n'ont pas survécu à la maladresse de ce directeur de projet  malhonnête qui a du quitter le projet pour incompétence et gestion dilapidatrice  des fonds du FIDA. Cette zone  est devenue un désert. Les neuf millions de mètres cubes d'eau des 181  lacs collinaires réalisés sans objectif  économique de développement  voient une partie s'évaporer  sous l'effet de la chaleur, tandis que les lacs eux mêmes  ,sédimentés à cause des sous bassins versants non traités, ne peuvent  pas être  rentabilisés pour servir de soupape de sécurité à la production dans les moments de grande calamités.

Dans l'Ouest et dans l'Artibonite  les extravagances financières  du projet Winner  " Feed The Future "(125 millions de dollars)  qui opère en dehors de tout agenda du ministère de l'agriculture  multiplient les "USAIDereries"en affublant le public de l'intox sur un rendement de 12 tonnes à l'has de riz obtenus en démonstration dans les parcelles de  riziculture intensive dans la plaine de Cul de Sac et un rendement de huit tonnes/has de millet ,quand dans le reste du pays, une maladie est en train de décimer les plantations de millet. La présence de Winner dans  ces deux départements n'a pas permis ni le curage des canaux  d'irrigation  et de drainage du grand périmètre de 32.000 has  de l'ODVA, encore moins  le sauvetage des motors pompes noyés au fond de l'étang saumâtre  par la remontée des eaux du lac ou la réhabilitation des pompes de la localité de La Tremblay  dans la plaine de Thomazeau.. En récompense de la gestion catastrophique du projet Winner ,l'USAID venait de  renouveler sa confiance au directeur de l'ONG en reconduisant le même projet pour une  nouvelle période de cinq ans  au grand dam du MARNDR et  des producteurs agricoles .

Dans la vallée de l'Artibonite, les maigres fonds du trésor public  alloués  au curage d'une partie des canaux  d'irrigation et de drainage ont fait l'objet de "dilapidation légale" au niveau des impudiques que sont  les sénateurs , les députés  et conseillers  politiques du gouvernement PHTK. L'argent décaissé pour l'ODVA a transité  seulement dans les cahiers comptables de l'organisme sans qu'aucun objectif de travail ou de projet ait été  atteint. Un directeur de l'ODVA a été révoqué à la suite  de l'audit d'une commission d'évaluation du MARNDR et a été remplacé par un autre dont l'ex sénateur Willy Jean Baptiste a dit qu'il eut été préférable de laisser  à sa place le premier tellement la gestion du nouveau directeur est catastrophique pour  les riziculteurs.

3-Sous secteur Elevage

Dans le secteur élevage ,la cinquantaine de laiteries artisanales au cout de  30.000 dollars américains, certains disent 50.000 dollars  l'unité , construite contre la volonté des cadres du ministère a été obligé de fermer  les portes parce que  il n'y a pas d'aliments et d'eau   pour nourrir et donner à boire les bovins d'une part  et pas de fonds pour acheter  même la production de laitr revue à la baisse d'autre part.

Les œufs infectés du virus de l'Influenza agraire  en provenance de la république dominicaine , malgré l'existence d'un embargo  non tarifaire, continuent d'envahir le marché haïtien à travers les containers des corrompus de l'administration rose. L'annonce à grand renfort de publicité d'un simulacre d'augmentation de la production des œufs  n'a été rien  qu'un subterfuge utilisé par les thuriféraires de ce sous secteur pour vendre avec la complicité  officielle du responsable de se cous secteur, un surplus d'importation  oeufs malades  de la république dominicaine.

Le programme caprin a été un échec total parce que les bénéficiaires individuels d'un ou deux  caprins n'ont d'autres choix  que d'intégrer le circuit traditionnel de vente des animaux reçus en don de l'administration rose.

Dans la pêche maritime tous les dispositifs  d'agrégation de poissons ont disparus parce que  leur pose dans la mer ne répondait pas  aux exigences du transport maritime  et aux  situations  de misère des pécheurs qui n'avaient pas  tous les moyens de les gérer. Un projet de 30 millions de dollars de la BID ,pour le Sud ,est donné en gestion à la coopération espagnole à la grande déception du MRNDR.  A tout le moins, en aquaculture ,on peut constater une avancée mais galvaudée par la prostitution politique internationale. Plusieurs  ONG, Caribean Harvest, Operation  Blessing, Food for The  Poor, Zanmi  la sante,  se sont lancées dans la production d'alevins  et de poissons parce que des institutions étrangères financent toute l'infrastructure de base et  rachètent les alevins pour les donner aux paysans dans la production en cage ou pour ensemencer les plans d'eau. La production   des poissons à travers les ONG n'est ni durable ni viable et touche à peine  une  minorité   infiniment petite ( ZWIT) des producteurs. 

4-Alerte de la CNSA  

La CNSA a beau tirer la sonnette  d'alarme pour signaler non seulement que les stratégies d'exécution  de ces projets   étaient loin d'épouser les stratégies paysannes  de lutte contre la sécheresse mais que selon les rapports de ses partenaires de terrain , aucun projet de lutte   contre l'insécurité  alimentaire  digne de ce nom  n'était recensé  sur le terrain. Au crépuscule du  régime  du president Martelly, le sort a voulu que  ce soit les responsables originels  de la débâcle de la production animale et vegetale qui soient encore au timon des affaires agricoles  pour pouvoir purger le verdict foudroyant de la mère nature.

 5-Certaines petites dérives politiques

 Qu'espère faire  dans ces  conditions un ministre nommé par défaut qui attendait son budget non pas de la loi budgétaire 2014-2015,mais des  reliquats révisés à la baisse et  non disponibles des fonds qui étaient alloués  aux  projets Petro Caribe  encore  en cours d'exécution. C'est au milieu de cet agrégat  programmé de faillite et en  mode de "non production" du secteur que survint le facheux incident  Dorcin/KIKO exploité  sans connaissance aucune  des faits par la presse dominante .Le titulaire du MARNDR qui eut à se plaindre auprès du premier ministre Evans  Paul  n'a pas jugé  bon d'y donner  suite près des tribunaux, parce qu'il ne  voulait pas  alimenter les choux  de la presse qui ne reposaient pas déjà sur aucun fait financier réel. Selon l'esprit de cette  incident politique,  60% des fonds seraient  dépensés par l'opérateur appointé dans des projets présentés par les organisations de base proches du pouvoir tandis que  le reste   soit 40%  serait remis  au candidats  pour commencer  leur  campagne electorale. Des trente millions de gourdes prévues pour les projets de ces candidats,l'operateur type KIKO, retiendrait  seulement 10% pour  ses frais de  gestion, soit trois millions de gourdes. KIKO, mécontent, aurait giflé le ministre  Fresner Dorcin

6-Le mensonge instrumentalisé pour survivre (UPISA)

Comme  on peut faire le constat,  un titulaire d'un ministère qui aurait à gérer cet amalgame de projets électoralistes sans intérêt pour le pays, dans un secteur qui fait chaque jour la une  de la presse a cause de la sécheresse et de la misère ,connait chaque  jour des périodes de stress qui accroissent les risques de crises cardiaques . Pour survivre il faut mentir d'avantage et plus on  ment, plus on s'enfonce dans la misère, plus on doit mentir pour trouver au président de la république  en campagne électorale  pour les candidats de son parti une opportunité de n'aller pas dans le mur.. Dans cet esprit a été accouché la  journée du 29 Juillet 2015,   un atelier sur l'UPISA (Unité de Promotion des Investissements dans le secteur agricole) qui a permis  au ministre Dorcin  d'enfoncer la boite de Pandore. Il a dit et nous reproduisons "La feuille de route du président de la république  était de revenir à l'agriculture formelle. Avec  l'UPISA qui compte  dans  son tiroir 32 projets agricoles  s'élevant  à 600 millions de dollars ,le MARNDR a bouclé la feuille  de route. Quinze de ces projets en cours d'exécution pour un montant de 102 millions de dollars est un montage du directeur de l'UPISA. Le plus visible de ces projets  est  "Ti Malice". Ti Malice, que  tous les haïtiens  informés tiennent pour  un projet de spéculation commerciale  des récoltes agricoles maigres de la paysannerie qui n'encourage  en rien la production.

7-Conclusions              

Tout ceci était le diagnostic non exhaustif  avant l'arrivée de l'ouragan Mathieu  le 3 Octobre 2016.Les dégâts  post Mathieu ajoutés au présent  bilan, sont encore loin de compléter le diagnostic pathologique du secteur. Voilà  en gros la maladie  qui attend le nouveau pouvoir dans l'agriculture.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

6 décembre 2016