Haïti-infos
  • S'inscrire

Une personne requiert 3.5 kilogrammes d’oxygène par jour pour vivre et un manguier en émet 15 par jour. En un mois, un manguier en libère en moyenne 465 et en une année 5,580 pour aider 1600 Haïtiens à vivre. Haïti est en train de perdre 8,928, 000 kilogrammes d’oxygène en un mois et près d’un million d’Haītiens risquent de perdre leur vie à cause de la déforestation illégale et du lotissement arbitraire de la ferme agricole ‘Kay Agwonòm » répandue sur douze (12) carreaux de terrain avec un effectif de plus de 10.000 manguiers qui, en plus de stimuler la production nationale, protège la couche d’ozone contre le réchauffement climatique.

 

Kay Agwonòm, communément appelée Kay Jòj, située entre les habitations de Guérin et de Terre-Force dans la section communale de Petite-Rivière est un climatiseur naturel pour l’humain, un reposoir pour les amoureux, un refuge pour les oiseaux et un grenier agricole pour les fermiers-commerçants. Elle est à l’écologie, l’environnement et l’agronomie haïtien ce que l’Amazonie est au monde ; un patrimoine inestimable qui mérite d’être protégé par le gouvernement en raison qu’elle sert à la fois de centre de recherches pour les étudiants en Agronomie et un coin de débats scientifiques pour les professeurs de biodiversité et d’écologie. Tous ces avantages disparaitront si le gouvernement n’intervient pas pour prendre des mesures dures contre des individus qui terrorisent la population locale, abattent les arbres et chassent les oiseaux rares qui y viennent chaque jour.  

Kay Agwonòm est touchée depuis 2010 par la déboisement due à d’innombrables actes de violence et de banditisme engendrés par des bandits qui se disent être les héritiers de cet espace écologique. En fait, ils coupent les manguiers et s’occupent de l’espace qu’ils lotissent pour être vendus aux premiers offrants. De 2010 à nos jours, ils ont, sous les yeux des gouvernements locaux, abattu plus de la moitié des manguiers et vendus plus de cinq hectares de cette forêt tropicale sur laquelle on y voit des constructions anarchiques qui pourraient paralyser les économies régionales,  entraîner la perte de nombreuses vies, amener cette futaie à un « point de basculement » écologique où l'écosystème du pays pourrait s'effondre incessamment. 

Ceux ou celles qui connaissent l’importance de Kay Agwonòn invitent le gouvernement à venir constater les actes de violence qui compromettent l’avenir écologique des Léogânais et ultimement, l’avenir écologique du pays. Selon Agronome Garry Jean-Charles, Kay Agwonòm est une renardière et un verger pour plusieurs arbres fruitiers et oiseaux endémiques en voie de disparition. Elle est si importante dans le calibrage du réchauffage climatique et à la biodiversité haïtienne qu’elle devrait être préservée comme un espace d’utilité scientifique, ce pour permettre aux grands écologues du monde à y venir pour effectuer des recherches. 

Il est un devoir pour le gouvernement, par le biais des forces de l’ordre et de l’Institut National pour la Réforme Agraire, d’assister la communauté léogânaise dans la défense de ce territoire qui les protège contre les inondations, la chaleur et les cyclones. 

Dr. Bobb RJJF Rousseau

Abonnez-vous à notre NEWSLETTER

Agenda

Annonces

Abonnement à Spore Magazine de la CTA

Annonce Emission Allo Agro

Annonce Prochain Briefing

Actualités



                                            

 MARNDR            Cafan     Radio Lumière    

 

S5 Box

Connexion  \/ 
x
ou
S'inscrire  \/ 
x

ou