Haïti-infos
  • S'inscrire

Saison Cyclonique 2018 : Préparons-nous et restons vigilants

Tel est le thème choisi par la Promotion pour le Développement (PROMODEV pour la saison des ouragans de l’année 2018 tout en voulant attirer l’attention sur les sections communales.

A cet effet, le Secrétaire Général de la PROMODEV, l’Agronome Talot BERTRAND et le Président de la Fédération Nationale des CASEC d’Haïti (FENACAH), Monsieur Paul ANDRE ont paraphé un protocole d’accord dont l’objet est de décrire l’intention des Parties à collaborer dans la mise en œuvre des projets: 1) Gestion des Risques et des Désastres, 2) Gestion de l’Environnement, 3) Développement Durable.  Ce protocole a une durée de deux ans et a été signé à l’occasion du lancement de la Saison Cyclonique de cette année en ce premier jour du mois de Juin.

La saison cyclonique 2018 dans l'océan Atlantique nord est la saison qui, officiellement, se déroule selon l'Organisation météorologique mondiale du 1er Juin au 30 Novembre 2018

Pour cette année 2018, la saison débute le 25 mai avec la tempête subtropicale Alberto.

Avant et pendant la saison, plusieurs services météorologiques nationaux et agences scientifiques prévoient combien de tempêtes tropicales, d'ouragans et d'ouragans majeurs (Catégorie 3 ou plus sur l'échelle de Saffir-Simpson) se formeront pendant une saison. Ces organismes comprennent le Consortium sur les risques de tempête tropicale (TSR) de l’University College London, la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) et l'Université américaine d'État du Colorado (CSU).

En moyenne, une saison des ouragans de l'Atlantique entre 1981 et 2010 a comporté douze (12) tempêtes tropicales, six (6) ouragans et trois (3) ouragans majeurs, avec un indice d'énergie cyclonique accumulée (ACE) compris entre 66 et 103 unités.

La liste des noms utilisée pour nommer les tempêtes et les ouragans pour l’année 2018 est la même que celle de la saison cyclonique 2012. Les noms utilisés en 2018 ensuite retirés, si c'est le cas, seront annoncés lors du printemps 2019 lors de la réunion de l'Organisation météorologique mondiale.

Nomenclature des Cyclones pour 2018

 

Alberto

 

Beryl

 

Chris

 

Debby

 

Ernesto

 

Florence

 

Gordon

 

Helene

 

Isaac

 

Joyce

 

Kirk

 

Leslie

 

Michael

 

Nadine

 

Oscar

 

Patty

 

Rafael

 

Sara

 

Tony

 

Valerie

William

 

La saison des ouragans, qui dure généralement six (6) mois, commence rarement avant le mois de juin. La tempête Alberto lance la saison des ouragans avec un peu d’avance.

Pour cette année 2018, on pourrait enregistrer de 10 à 16 tempêtes tropicales, selon l'Agence Nationale Océanique et Atmosphérique (NOAA). 5 à 9 d’entre elles pourraient se transformer en ouragans. Et parmi ces derniers, un à 4  pourraient dépasser la catégorie 3 (ouragans dits majeurs, avec des vents supérieurs à 178 km/h), sur une échelle maximale de 5.

 

Selon les prévisions de plusieurs agences météorologiques, la saison cyclonique 2018 sera l’une des plus actives de ces 30 dernières années sur le bassin Atlantique. Toutefois, elle ne devrait pas supplanter la saison 2017.

 

Même son de cloche chez les météorologues : la saison cyclonique 2018 dans l’Atlantique Nord sera un peu plus intense que la moyenne des 30 dernières années, mais pas aussi active que celle de l’année 2017.

 

C’est ce qui ressort de l’ensemble des prévisions d’activité pour la saison cyclonique à venir (dans une cinquantaine de jours) dévoilées par l’institut américain Accuweather, Tropical Storm Risk (consortium britannique d’experts en assurances et en prévisions spécialisé dans les tempêtes tropicales) et l’Université d’État du Colorado (la CSU).

 

Les trois institutions réputées pour leur expertise justifient cette conjecture par un changement de configuration marine dans le Pacifique: le phénomène La Niña se dissipe du centre à l’est du Pacifique autour de l’Équateur et la phase El Niño s’annonce neutre. Pour rappel, la Niña est un phénomène océanique qui se traduit par des températures de surface de la mer anormalement froides dans les premières dizaines de mètres de profondeur. Cela favorise la formation de tempêtes tropicales et d’ouragans, contrairement à El Niño. Le phénomène opposé à La Niña se traduit quant à lui par des températures de surface de la mer anormalement chaudes dans la même zone géographique.

 

El Niño empêche la formation de tempêtes tropicales et d’ouragans sur l’Atlantique mais augmente le nombre de tempêtes tropicales qui touchent l’est et le centre de l’océan Pacifique. Une année El Niño neutre ne signifie pas qu’il faille baisser la garde. Vigilance et précautions d’usage seront vivement recommandées durant toute la période cyclonique.

 

Il est à signaler que toujours sur les statistiques associées à l'histoire des cyclones en Haïti montrent que les années se terminant par le chiffre 8 semblent ne pas nous porter chance. En effet, depuis le 20e siècle, les systèmes tropicaux ont soit frôler, soit frapper notre pays en 1908, 1918, 1928, 1938,1948, 1958, 1988, 1998, 2008 soit 9 fois sur les 11 années se terminant par le chiffres

Comme chaque année, le départ de la saison cyclonique sonne le glas pour la population haïtienne avec cette petite inquiétude de savoir si cette année la nature décidera ou pas d’épargner nos compatriotes.

C’est pour cette raison que la PROMODEV demande à la population de ne jamais baisser la garde, qu’il est nécessaire de rester vigilant et surtout de ne pas se croire à l’abri du danger quand on pense maitriser la situation sous prétexte d’avoir déjà vécu un phénomène cyclonique.

Chaque ouragan est unique et draine avec lui une grande part d’incertitude sur sa puissance, son impact et la quantité d’eau qu’il peut parfois emmagasiner et ce, malgré des prévisions de plus en plus précises et des systèmes d’alertes relativement bien rodés.

Rappelez-vous qu’il suffit d’une seule tempête majeure pour emporter des vies en Haïti compte tenu du faible niveau de vulnérabilité.

Ainsi,

1.     la PROMODEV recommande au Gouvernement de la République de prioriser les Collectivités Territoriales, en particulier les CASEC qui sont les autorités locales les mieux placées pour la préparation, la prévention et la gestion de réponses aux catastrophes naturelles ;

2.     La PROMODEV demande aux autorités du pays de mettre en place des sites de pré positionnement en installant des matériels, équipements et des kits (hygiène, santé, aliments) dans les différents endroits de protection afin de répondre rapidement suite au passage d’un éventuel aléa climatique au cours de la Saison Cyclonique ;

3.     La PROMODEV suggère une large collaboration entre le Gouvernement et les organisations de la Société Civile pour une meilleure coordination et une meilleure gestion des risques de désastres ;

4.     La PROMODEV demande au Gouvernement d’avoir une attention bien soutenue sur l’agriculture ou le milieu paysan qui est toujours l’une des grandes victimes des cyclones en Haïti avec la perte des jardins, la mort de milliers de têtes de bétail.

 

Talot BERTRAND, Ing-Agr.

Spécialiste en Education Relative à l’Environnement

Secrétaire Général de la PROMODEV

Phones : (509) 2230-9998 (Bureau) / (509) 3733-5953 (Cellulaire)

Skype : bertrand.talot

Adresse: 82, Rue Lafleur Duchene, Port-au-Prince, Haiti

 

Website : www.promodev.ht

 

 

Abonnez-vous à notre NEWSLETTER

Agenda

Annonces

Abonnement à Spore Magazine de la CTA

Annonce Emission Allo Agro

Annonce Prochain Briefing

Actualités



                                            

 MARNDR            Cafan     Radio Lumière    

 

S5 Box

Connexion  \/ 
x
ou
S'inscrire  \/ 
x

ou